You are currently viewing Comprendre l’étalon-OR

Comprendre l’étalon-OR

L’étalon-or est un système monétaire qui permet à un pays de rendre sa devise librement convertible en une certaine quantité d’or et vice-versa.

Auparavant, presque tous les pays possédaient l’étalon-or. Cela signifie que l’unité monétaire consistait en un certain poids d’or fixé par la loi. Les billets de banque étaient convertibles en monnaie or, ceci ayant pour effet de rendre impossible la dévaluation des billets de banque par rapport à l’or.

Par rapport à la monnaie libre, autrement dit une monnaie qui n’est pas liée à un métal précieux, l’étalon-or a ce grand avantage d’affranchir le pouvoir d’achat de l’influence des fluctuations politiques.

Dans le système de l’étalon-or, le taux de change entre deux devises est établi grâce à leur parité respective avec l’or.

Histoire

Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu’à la fin des années 1870, l’or et l’argent ont coexisté comme instruments monétaires. Les billets de banque sont progressivement venus les rejoindre au cours du XIXe siècle.

Souvent émis par des banques privées, ces billets n’étaient pas toujours totalement couverts par des réserves métalliques, ce qui favorisait l’apparition de crises bancaires,. La création des banques centrales nationales, seules détentrices du monopole de l’émission, mit fin à cette situation. Normalement, les banques centrales devaient détenir une réserve d’or et d’argent capable d’assurer une couverture totale des billets qu’elles émettaient.

En effet, les billets étaient complètement convertibles en or ou en argent, sous forme de pièces ou de lingots, sur simple demande au guichet de leurs détenteurs. En raison de cette couverture quasi intégrale, les billets de banque n’étaient finalement rien d’autre qu’une modalité plus commode de détention d’or ou d’argent. Le système de l’étalon-or a fonctionné de 1879 à 1914. Issu de l’échec du système bimétallique, il ne survivra pas à la crise économique et financière créée par la première guerre mondiale.

Les principes de fonctionnement

Le succès de l’étalon-or a été imputé à ses mécanismes d’ajustement automatique. Cette capacité d’ajustement s’expliquait par le lien établi par l’étalon-or entre les conditions économiques nationales et internationales. Dans la réalité, le fonctionnement de l’étalon-or n’était pas sans problèmes. L’étalon-or était un régime de changes fixes. Imaginons, par exemple, que les Etats-Unis fixent le prix du dollar en or à 35 dollars pour une once d’or ; de son côté, la France fixe le prix du franc en or à 210 francs pour une once d’or. La parité entre les deux monnaies donne donc un taux de change de 6 francs pour un dollar. Ce taux de change peut-il varier ? Si le change passe de 6 francs à 6,2 francs pour un dollar, alors il devient intéressant d’acheter de l’or en France avec des francs, d’amener cet or aux Etats-Unis pour l’échanger contre des dollars, puis de revenir en France pour convertir les dollars ainsi acquis en francs. Cette opération d’achat-vente d’or donne un gain de 3,33%, hors coûts de transport.

Pour bien fonctionner, l’étalon-or supposait donc une libre circulation internationale de l’or, autrement dit la liberté des mouvements internationaux des capitaux. Le mécanisme automatique d’ajustement de la balance des paiements qui opérait est connu sous le nom de mécanisme de Hume. Un pays qui enregistre un déficit commercial va perdre de l’or au bénéfice de ses partenaires commerciaux, ce qui contracte son offre de monnaie et gonfle celle du reste du monde, hausse le taux d’intérêt national et favorise en retour un afflux de capitaux étrangers. L’excédent ainsi créé du compte financier contrebalance le déficit commercial. De plus, la contraction de l’offre de monnaie réduit les prix domestiques, ce qui améliore la compétitivité du pays et tend à rétablir finalement son équilibre commercial.

Fin de l’étalon-OR

Après la seconde guerre mondiale, une version modifiée de l’étalon-or appelée “système de Bretton Woods”, prit sa succession. Le dollar avait été sacré monnaie de réserve, convertible en or, à 35 dollars l’once. Il s’agissait en réalité d’un étalon de change or où toutes les monnaies étaient reliées au dollar par une parité fixe mais ajustable

Au début, ce système de remplacement connu un grand succès mais, étant donné qu’il dépendait si étroitement des réserves en or, il fut abandonné en 1971 lorsque le président Richard Nixon suspendit la convertibilité en or du dollar.

L’abandon de l’étalon-or est une conséquence directe de la Grande Guerre, les gouvernements ne souhaitaient plus le maintenir. La guerre et la malheureuse politique de l’après guerre ont considérablement enflé les dépenses publiques. Celles-ci auraient pu être couvertes par l’augmentation des impôts ou par l’émission d’emprunts. Il est évident que ce sont les citoyens qui essuient les dépenses de l’Etat.

Face à l’impopularité de nouveaux impôts, l’Etat a recours à une autre solution : l’inflation ! L’Etat émet lui-même de la monnaie-papier et l’inflation est un moyen de couvrir les besoins accrus.

En réalité, quand l’Etat recourt à l’émission de monnaie-papier, c’est aux citoyens qu’il les demande, ce sont eux qui paient l’écot !

Lorsque l’Etat jette sur le marché ses billets fraichement imprimés, il fait monter le prix des biens et de la main d’œuvre dont il a besoin. L’augmentation des prix se poursuit  ainsi…

La multiplication de la monnaie-papier a pour conséquence sa dépréciation par rapport à l’or. Ce ne sont pas les cours de l’or qui augmentent mais bel et bien la monnaie qui se déprécie de jour en jour !

L’ordre ne sera rétabli dans la vie économique que lorsque le désordre monétaire aura pris fin. Certains prônent le retour de l’étalon-or ! Les gouvernements devraient s’abstenir de toute tentative de couvrir une partie du déficit par de nouvelles émissions de monnaie-papier ou de stimuler artificiellement l’activité économique par un élargissement du crédit. Tout ceci ne fait qu’ébranler le système monétaire.

Protégez dès à présent vos économies en les convertissant en une valeur tangible: L’ OR

Delphine HEYER, Présidente Alsace Or Transaction

Laisser un commentaire